Le papier buvard (du verbe « boire »), est un papier poreux capable d’absorber par capillarité une petite quantité de liquide. Il servait principalement à sécher l’écriture lorsque l’on écrivait à l’encre avec une plume : l’encre pouvant être déposée irrégulièrement et séchant lentement pouvait provoquer tâches et maculatures, l’usage du buvard était souvent nécessaire. Avec le stylo-plume dont l’encre est régulée et sèche plus rapidement, puis les autres outils d’écriture (stylo-bille, feutre) cet usage a disparu. Le buvard au début du XXème siècle a constitué un support publicitaire de choix et les buvards sont devenus des objets de collection.

Le papier buvard est composé d’un mélange de pâte à papier, sans charge ni colle et sans apprêt mécanique. Le grammage va de 80 à 200 grammes au mètre carré.

Ce type de papier serait attesté en Angleterre dès le XVème siècle. Selon certaines légendes non sourcées, il aurait été inventé à la suite d’une erreur de dosage (oubli de la colle) dans la fabrication d’un papier. Il succède au XIXème siècle au sable, sorte de poudre à base de pierre ponce que l’on versait auparavant sur la feuille d’écriture pour la sécher.

Nous fabriquons du buvard sur commande.